L’approche systémique en coaching, ça change quoi ?

Votre blog coaching et développement perso

L’approche systémique en coaching, ça change quoi ?

L’approche systémique en entreprise avec un coach a pour objectif de revoir les bases de votre manière d’agir et de travailler la confiance en soi. Pour ce faire, il se focalise sur les interactions que vous entretenez autour de vous. Afin de mieux cerner les enjeux et les objectifs, nous vous proposons un article concis à ce sujet. Nous tenons à préciser que tout notre article reprend les idées de l’école de Palo Alto, qui recentre le problème sur le présent et non les problèmes psychologiques et psychothérapiques du passé, valorisés à son époque.

Qu’est-ce que l’approche systémique ?

L’approche systémique impacte votre jugement, vos actions et vos interactions. Plutôt que de continuer à suivre le même schéma, vous devez évoluer en même temps que vos projets. La confiance en soi est capitale, car appréhender son monde et sortir de sa zone de confort ne sont pas sans risques. Pour mieux comprendre comment valoriser sa confiance en soi grâce au soutien d’un coach, sachez qu’il n’existe pas qu’un seul type d’approche, mais plusieurs :

Principe de totalité

L’approche est centrée sur le relationnel, l’individu doit sortir de sa bulle. Pour ne donner qu’un exemple, si « A a agi ainsi, entraînant la réaction de B ». Le coach vous entraînera à comprendre l’environnement de A et les conséquences sur B. C’est essentiel pour cerner le comportement de B et peut-être éviter qu’il ne réitère dans un futur proche.

Principe d’interaction

Cette approche stratégique tend à résoudre les problèmes, dont celui de la confiance en soi. Le but est que l’individu énonce le problème et que le coach, en tant qu’être impartial, étende sa vision. Ainsi, il lui fait observer les causalités globales, telles que l’environnement et les différentes phases interactionnelles responsables. Une fois cette étape franchie, le coach contrebalance avec des solutions centrées sur l’interaction, l’environnement et la future posture à adopter.

Principe d’homéostasie

Cette approche minimaliste a pour but de faire jouer les paradoxes en contredisant chaque solution apportée par l’individu. Celui-ci doit sortir de sa zone de confort et reprendre confiance en soi pour se rendre compte des possibilités transversales. C’est en le questionnant et en remettant en compte ses agissements que ce système d’appréhension par le paradoxe est efficient.

Principe d‘équifinalité

L’approche constructiviste qu’est l’équifinalité tend à comprendre comment l’individu perçoit son univers et pourquoi. C’est un peu la différence entre « Je mange à 12h30 » et « Je déjeune à 12h30 car c’est une règle familiale que je respecte encore à ce jour ». En interrogeant le pourquoi du comment, le coach tend à cerner si l’individu sait ce qui est bon pour lui et s’il ne doit pas abandonner certaines règles pour en changer pour d’autres : « Je mange entre 12 et 13h pour gagner en souplesse et faciliter les interactions ».  

Et la confiance en soi ?

Afin d’appliquer un ou plusieurs de ces principes au sein de son coaching individuel, il est bon d’utiliser des outils d’application qui vont permettre leur bon fonctionnement. Ces outils ont pour objectif de redéfinir l’environnement, les limites et les possibilités d’interactions de l’individu.

L’application d’outils

Chaque coach utilise sciemment des outils pour définir et comprendre les limites, les obstacles et les paradoxes que l’individu a mis en place sans forcément s’en rendre compte. Afin de lui redonner confiance en soi, il existe différentes phases telles que :

  • L’observation. Cette première phase permet au coach de cerner l’environnement, les interactions et actions de l’individu. Le coach prend en compte que sa place agit sur le comportement puisqu’il est désormais partie intégrante de l’environnement de l’individu ;
  • Le recadrage, qui demande d’aller au-delà de la simple perception de l’univers pour le saisir dans sa globalité. Paul Watzlawick disait à ce sujet qu’il faut « changer le point de vue perceptuel, conceptuel et/ou émotionnel à travers lequel une situation donnée est perçue pour la déplacer dans un autre cadre qui s’adapte aussi bien et même mieux aux « faits » concrets de la situation et qui va en changer toute la signification » ;
  • La modélisation enfin doit venir apporter des solutions environnementales et interactionnelles pour permettre l’harmonie du système dans lequel l’individu évolue et développe sa confiance en soi.

 Les conséquences sur le long terme

L’objectif principal est que l’individu, remis en question dans sa manière d’agir tant du point de vue de son environnement que de ses interactions, développe de nouvelles compétences. Il ne s’agit pas ici d’une ouverture d’esprit mais d’une prise de confiance en soi, afin que l’individu arrête de se limiter dans ses actions parce que le futur lui paraît incertain. À long terme, le coach doit devenir un support qui s’efface et qui finalement n’a plus besoin de remettre en question l’individu. Nous ne pouvons déterminer de la durée de ce travail, qui dépend de chaque individu et de l’importance des enjeux à traiter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *